LE BLABLABAR

Entre nous discutons .. sujets divers et variés mais aussi des jeux, des concours photos, bref ici on aime s'y retrouver dans la joie et la bonne humeur
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 UN DRAGIBUS AU MARATHON DE PARIS

Aller en bas 
AuteurMessage
Wilma
Admin
avatar

Messages : 3401
Date d'inscription : 23/11/2011
Localisation :

MessageSujet: UN DRAGIBUS AU MARATHON DE PARIS   Dim 6 Avr - 9:40

(Histoire vraie, racontée et ecrite  par "une dragibus")
Comment raconter ce marathon….C’est une aventure qui me tient depuis plus de 3 ans….
Petit prologue ….Je me suis inscrite 3 fois au MDP mais c’était ma première participation. Les deux premières fois n’ayant pu aboutir suite à des concours de circonstances malheureux.

Mi 2009, je me fais la promesse que 2010 sera l’année de mon premier marathon.

LE VRAI-FAUX DOSSARD DE DRAGIBUS OU PANDA  LE FAUSSAIRE ET MARYLIN SA COMPLICE

Après 12 semaines de préparation intense, je décide de me rendre au marathon expo le jeudi soir pour récupérer mon dossard, espérant ainsi éviter la foule.  Je suis nerveuse. C’est mon premier marathon et je récupère ma petite enveloppe avec une pointe d’émotion. Samedi matin : Je me réveille nauséeuse et avec des petits soucis digestifs qui me font annuler la rencontre CAF du midi.
Samedi après midi : ça va mieux. Je réussis même à faire le vide en lisant un bouquin.
Samedi soir 19h30 : Je décide de préparer consciencieusement mes petites affaires pour le lendemain.
Samedi soir 19h32 : Je prends ma petite enveloppe
Samedi soir 19h33 : Mon cœur manque un battement : Il n’y a pas de dossard. Juste la puce. Samedi soir 19h35 : Très gros stress, je retourne l’enveloppe dans tous les sens
Samedi soir 19h40 : Je dois me rendre à l’évidence. Je n’ai pas de dossard. Crise de larmes que je contrôle à grande peine.  
Samedi soir 20h00 : J’essaie de reprendre le dessus.

Pourquoi  je n’ai pas ouvert mon enveloppe plus tôt ? Pourquoi  l’absence de numéros sous la fenêtre en plastique ne m’a pas alertée ?...Je n’en sais rien. Je ne me comprends pas moi-même. Je me suis contentée de tâter l’enveloppe pour m’assurer de la présence de la puce, puis je l’ai tranquillement rangée dans mon sac sans plus y toucher….Ne pensant pas une seule seconde que mon dossard pouvait ne pas s’y trouver.

Il est 20h et trop tard pour retourner au marathon expo. Je ne peux que me lamenter et me reprocher mon étourderie. J’essaie de joindre l’organisation du marathon de Paris… sans succès. Perdue,  je téléphone à Mumu pour lui demander si elle a bien son dossard dans son enveloppe  (désolée Mumu, j’étais paumée et j’ai dû te paraître un peu cinglée.. d’autant qu’on ne se connaissait pas). Elle me confirme que oui, elle a bien son dossard dans son enveloppe. Je n’ai donc pas raté un stand.
Dépitée et ne sachant plus quoi faire, je post un appel au secours sur le forum.

La suite se trouve sur cet appel au secours….tout le monde est désolé pour moi et cherche à me rassurer : Je peux courir uniquement avec la puce…mais je n’en suis pas convaincue. Marylin arrive sur ces entre faits et émet l’idée de scanner un dossard pour le modifier. C’est une très bonne idée ! Mais….
Je n’ai pas d’imprimante couleur et aucun participant au marathon n’est connecté.
Démoralisée, je finis par me coucher les larmes aux yeux.
Alors que je pleure tristement sur mon oreiller en me lamentant sur mon sort, je reçois un sms :

 « Fais de beaux rêves, on s’occupe de tout. Marylin »
Intriguée, je lui téléphone : Panda va scanner son dossard, Marylin va le modifier et me le donnera en mains propres le lendemain.
Une lueur d’espoir nait au milieu du gouffre dans lequel je m’enfonçais lentement. Peut être que ça va aller finalement….Je m’accroche à cette petite lueur et m’endors difficilement vers minuit d’un sommeil agité et pas du tout réparateur.
Dimanche 5h. Je me réveille fatiguée physiquement et nerveusement mais je décide de me préparer pour le marathon…advienne que pourra !
A 6h, n’y tenant plus, j’envoie un sms à Marylin dans l’espoir d’un petit miracle….
Elle m’appelle en retour et me rassure : Panda a scanné son dossard, l’a modifié et l’a envoyé à Marylin qui elle-même va me le donner en main propre ce matin.
J’ai du mal à y croire, je ne connais ni l’un ni l’autre, et pourtant ils se sont mobilisés pour moi !
Ma lueur d’espoir se transforme en feu de joie : Ça va aller…. Je vais peut être pouvoir prendre le départ !

Je me prépare très nerveusement et saute dans le premier rer qui croise ma route. A Charles de Gaule Etoile, je patiente un peu sur le quai en proie à une agitation intérieure intense. Deux rer plus tard, Marylin s’avance, lumineuse et souriante. Elle me tend le sésame : Mon vrai-faux dossard (bien plus beau qu’un original), avec en prime un petit mot gentil au dos pour me souhaiter bon courage.
Un soulagement intense m’envahit, j’ai envie de pleurer et tente de cacher mon trouble en épinglant mon dossard maladroitement.

LE MARATHON PEUT COMMENCER

Nous suivons la foule de coureurs et rejoignons l’équipe CAF sous l’arc de Triomphe. Je fais la connaissance de plusieurs Cafeuses, et surtout, de mon sauveur auréolé d’un halo de reconnaissance: Panda. J’essaie de le remercier chaleureusement mais il fait vraiment froid et je crois bien avoir juste répéter « merci milles fois » en grelottant. Plusieurs photos de groupe et de panchos-en-plastique plus tard,  marie, sa sœur, kiki et moi rejoignons notre sas rose. Nous discutons tranquillement de tout et de rien en avançant vers la ligne de départ et sans vraiment m’en rendre compte, je commence mon premier marathon.

A partir de ce moment, tout est un peu flou. Je suis incapable de me remémorer ce qui s’est passé à quel kilomètre.  Très vite, je me retrouve seule avec Kiki.  Marie et sa sœur ont disparues.
Je m’arrête 30 secondes pour resserrer un lacet et  perds Kiki mais retrouve Marie et sa sœur. Nous courrons toutes les trois une dizaine de kilomètres. Moi qui m’entraîne toujours toute seule, je m’aperçois que je peux parler en courant. Les kilomètres défilent sans que j’y fasse attention.
Au bois de Vincennes, les maries décrètent qu’un arrêt pipi s’impose. N’ayant aucune envie pour le moment, je continue sans elles.

Je me retrouve « seule » pour la première fois depuis le départ et une réalité s’impose d’un seul coup à moi: « Je suis en train de courir le marathon de Paris !». Une vague d’émotions me submerge et me donnent des ailes. J’essaie toutefois de modérer mon allure pour ne pas griller de précieuses réserves d’énergie.
Quelques kilomètres plus tard, je retrouve par hasard kiki qui semble vouloir en découdre avec ce marathon.  Je décide intérieurement de me calquer sur son allure.
Nous courrons ensemble une bonne quinzaine de kilomètres et je m’aperçois que j’aime courir avec quelqu’un, même si on ne se parle pas beaucoup.  Kiki a une allure très régulière et sans le savoir, elle m’aide à atteindre le 30ème kilomètre sans encombre.

Les choses se compliquent à partir du 31ème où je subis une baisse de forme qui me coupe les jambes. Je tiens jusqu’au 33ème et laisse finalement  kiki partir devant.  Je ne la préviens pas, ne voulant pas qu’elle m’attende et perde de précieuses minutes pour son objectif de – 5h.

Commence alors une longue lutte contre la fatigue qui m’envahit.  J’adopte la méthode Cyrano en me fixant des points de marche et de courses (au prochain feu rouge là bas, je cours jusqu’au kilomètre suivant). C’est laborieux, épuisant, éprouvant, mais à aucun moment je n’envisage d’abandonner.
J’ai trop lutté pour prendre le départ de ce marathon. J’irais jusqu’au bout !  A cloche pied s’il le faut mais j’y arriverais !

Les kilomètres défilent un peu trop lentement à mon goût mais j’avance…péniblement certes, mais j’avance.

Au 39ème km je me fais la promesse de courir les deux derniers kilomètres sans m’arrêter…Je m’élance à petites foulées et aperçois enfin l’arche d’arrivée. Il me reste un peu plus de 200 mètres, je les cours aussi vite que je peux et passe la ligne d’arrivée le souffle coupé et la gorgé nouée.

Les jambes flageolantes, je titube droit devant moi et récupère ma médaille. Je la serre dans ma main et réalise enfin ……Je suis marathonienne !
Je me répète cette phrase dans ma tête mais les mots restent vides et ne m’imprègnent pas.
Je rejoins mes parents, venus me chercher pour l’occasion.  Curieusement les voir me fait un bien fou et m’apporte bien plus que la médaille pourtant si durement gagnée.  J’en pleurerais presque de joie, mais les larmes restent bloquées et ne coulent pas.

Je rentre chez moi mi-hébétée mi-boitillante pour me hisser péniblement dans ma baignoire et prendre une douche plus que bienvenue. J’ai mal partout, même aux bras, même aux abdos, même aux cheveux…  bref,  je n’en peux plus.
L’après midi passe vite et le soir venu, j’accueille mon lit avec gratitude.

Nuit de dimanche à lundi : Je me réveille en pleine nuit complètement déboussolée et me demande si j’ai vraiment couru ce marathon. Je cherche ma médaille délaissée sur ma table de nuit, la serre dans ma main et là, la tension accumulée a raison de mes nerfs : Je fonds en larmes sur mon oreiller et exprime enfin ma joie.
Ces 42km195 représentaient tellement plus qu’un marathon…
 5h08 :)





etoile etoile etoile etoile etoile etoile etoile etoile etoile etoile etoile etoile etoile etoile etoile etoile etoile

Cette marathonniene dragibus et bien c'est tout simplement l'une de mes lulu

_________________
Wilm@







contente-toi de peu,  .... amuse toi de tout


Dernière édition par Wilma le Mer 13 Sep - 17:24, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
tibouchina

avatar

Messages : 2121
Date d'inscription : 13/04/2013
Localisation : Aquitaine

MessageSujet: Re: UN DRAGIBUS AU MARATHON DE PARIS   Dim 6 Avr - 10:19

Super histoire

Félicitations à ta fille, quelle courage. Fait-elle toujours le marathon ?

 J'ai fait les 40 km à pieds de Pau à Lourdes. C'est super mais fatigant.
Revenir en haut Aller en bas
maryjol

avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 01/11/2012
Localisation : nulle part

MessageSujet: Re: UN DRAGIBUS AU MARATHON DE PARIS   Dim 6 Avr - 10:38

Super        Félicitations à ta Lulu

je ne saurai pas en faire autant

je ne sais que mettre un pied devant l'autre pour marcher

mais je marche parfois seule, en groupe, un instant  une journée, une semaine sac à dos
dans les chemins cool  mais aussi sentiers escarpés

cette nature un vrai bonheur
Revenir en haut Aller en bas
tibouchina

avatar

Messages : 2121
Date d'inscription : 13/04/2013
Localisation : Aquitaine

MessageSujet: Re: UN DRAGIBUS AU MARATHON DE PARIS   Dim 6 Avr - 10:45

C'est déjà pas mal Marijol, maintenant je ne marche plus hélas
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: UN DRAGIBUS AU MARATHON DE PARIS   Dim 6 Avr - 12:02

L'histoire de ce marathon est superbement raconté ! j'avais mal avec elle en la lisant ...
Félicitation à Dragibus...:68: tu peux en   être fière Wil ! :)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: UN DRAGIBUS AU MARATHON DE PARIS   

Revenir en haut Aller en bas
 
UN DRAGIBUS AU MARATHON DE PARIS
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE BLABLABAR :: Blablabla... détente :: Citations , petits textes, contes et legendes-
Sauter vers: